Blog à part...
Par Rudy Reichstadt
Recherche



Les derniers articles parus sur Conspiracy Watch
le 01/06/2017

UPR : le parti conspi présente 574 candidats et pourrait toucher 1 million d'euros

Par Mathieu Molard LU SUR LE WEB : Pour les législatives, l’UPR de François Asselineau présente des...

le 01/06/2017

Onfray et le conspirationnisme en contrebande

LU SUR LE WEB : "Peut-être comprendrait-il mieux le ridicule de ses démonstrations s'il cherchait à...

le 30/05/2017

Mélenchon, la pente complotiste

Par Thomas Legrand Vous revenez sur cette phrase prononcée hier par Jean-Luc Mélenchon, je cite :...

le 30/05/2017

Mort de Diana : quand M6 se sert d'une dramaturgie complotiste pour conclure à l'absence de complot

« Mort de Diana : l'incroyable révélation ». C'est le titre d'un documentaire « choc » diffusé ce...

le 27/05/2017

Un présentateur conspirationniste de Fox News dans la tourmente

Par AFP LU SUR LE WEB : Le présentateur de la chaîne d'informations conservatrice Fox News, Sean...

le 24/05/2017

La chaîne russe RT brocardée sur Twitter pour son tropisme conspirationniste

Punchline. Le compte Twitter de la chaîne RT en allemand a suscité il y a quelques jours les...

le 22/05/2017

Quand Gingrich et Fox News jouent les complotistes

Par Richard Hétu LU SUR LE WEB : Comment les partisans de Donald Trump réactivent une théorie du...

le 19/05/2017

Venezuela : fragilisé, le président Maduro crie (encore) au complot et compare ses opposants aux nazis

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a dénoncé mardi 16 mai 2017 en Conseil des ministres le «...

le 19/05/2017

Les théories du complot à la lumière de leur rhétorique

Par Loïc Nicolas LU SUR LE WEB : Pour faire reculer le conspirationnisme, Loïc Nicolas (Université...

le 19/05/2017

Fake news : "Rien n'influence plus les êtres humains que la parole"

Propos recueillis par Laurence Neuer Selon Dan Shefet, co-auteur avec Nathalie Goulet d'une...

le 17/05/2017

Au 3ème procès AZF, réquisitoire contre les théories du complot

LU SUR LE WEB : « Il n’y a pas de mystère AZF » : au troisième procès de la pire catastrophe...

le 12/05/2017

Une chaîne russe utilise un film nazi pour illustrer la théorie de la domination mondiale des Juifs

Par Yaakov Schwartz LU SUR LE WEB : La Première chaîne russe a diffusé un reportage sur la famille...

le 12/05/2017

Le rappeur conspi Rockin'Squat à la Fête de l'Huma

Par Mathieu Molard LU SUR LE WEB : La Fête de l’Huma, festival de musique et de débat organisé...

le 12/05/2017

Un proche de Thierry Meyssan rejoint les rangs du parti de Nicolas Dupont-Aignan

Président du Réseau Voltaire France, Alain Benajam a annoncé lundi 8 mai qu'il venait de rejoindre...

le 12/05/2017

Victoire des anti-vaccins : 50 cas de rougeole d'un seul coup

LU SUR LE WEB : Des activistes anti-vaccins ont rencontré à plusieurs reprises des familles...

Sémantique

Jeudi 27 Novembre 2008
L'empire et ses barbarismes

Depuis un certain nombre d’années, le terme « états-unien  » (ou « étatsunien ») tend à se substituer, dans la presse et sur internet, à celui d’« américain ». Ce remplacement subreptice d’un mot par un autre prend la forme d’un véritable coup d’Etat sémantique. Que cache-t-il ?


Il convient d’abord de souligner que l’on trouve cette expression dans deux types d’écrits :

- des textes engagés, politisés, militants, généralement marqués au coin d’une hostilité non dissimulée à l’encontre des Etats-Unis.
- des écrits à prétention savante, qui sont le plus souvent le fait d’universitaires, où l’emploi du terme « états-unien » est neutre, dénué de toute connotation anti-américaine.


Consciemment ou pas, les auteurs de ce second type d’écrits – chez qui l’utilisation du terme « états-unien » doit être interprétée comme une banale volonté de s’arroger un répertoire lexical délibérément « jargonnant » – prêtent main forte aux premiers.


Cela est d’autant plus préoccupant que ce terme d’« états-unien » n’est pas seulement une affaire d’adjectif. Le nom propre « Américain », qui a toujours été utilisé pour désigner les ressortissants des Etats-Unis d’Amérique, tend en effet à s’effacer au profit du barbarisme à majuscule « Etatsunien ». Or, les citoyens des Etats-Unis d’Amériques se désignent et se sont toujours désigner eux-mêmes comme des « Américains ». Pourquoi devrait-on leur dénier le droit d’utiliser ce terme ? Comment les promoteurs de cette innovation sémantique justifient-ils leur recours à ce barbarisme ?


Premier argument : l’adjectif « états-unien » serait plus satisfaisant qu’« américain » dans le sens où il serait plus précis et éviterait qu’on ne confonde les habitants des Etats-Unis avec ceux du continent américain.


L’argument est peu convaincant dès lors que l’utilisation, depuis plus de deux siècles, de l’épithète « américain » pour désigner ce qui se rapporte aux Etats-Unis d’Amériques n’a jamais posé le moindre problème. De Tocqueville (De la Démocratie en Amérique) à Joe Dassin (« L’Amérique ! - l’Amérique ! - Je veux l’avoir et je l’aurai… »), l’« Amérique » a toujours désigné, dans la langue française, les Etats-Unis. Lorsqu’on parle, par exemple, du rêve « américain », aucun doute n’est permis : les images qui nous viennent alors spontanément à l’esprit sont celles de la bannière étoilée, de la statue de la Liberté, de Martin Luther King (« I have a dream… »), ou encore (c’est mon propre imaginaire qui s’exprime ici !) de Silvester Stalone dans le film Rocky. C’est bien des Etats-Unis qu’on parle. Où donc est le risque de confusion ?


Deuxième argument : l’emploi du terme « américain » pour désigner les seuls Etats-Unis d’Amérique serait une énième manifestation de l’insupportable arrogance des Etats-Unis – et de leurs habitants – qui utilisent un terme désignant un continent pour se désigner eux-mêmes. En d’autres termes, utiliser le mot « américain » pour parler des Etats-Unis reviendrait à prêter allégeance à l’impérialisme du même nom.


Or, en se désignant comme « Américains », les ressortissants des Etats-Unis ne sont en rien des usurpateurs. D’abord parce qu’ils ont été les premiers à proclamer leur indépendance et à fonder un Etat outre-atlantique (1776). Ensuite parce que, de toutes façons, aucun autre Etat d’Amérique du Nord ou du d’Amérique du Sud ne contient le terme « américain » dans sa dénomination officielle. Dans ces conditions, en quoi les Etats-Unis devraient-ils se voir refuser le droit de se désigner eux-mêmes comme « américains » ?


L’argument selon lequel il ne faudrait pas prendre la partie (un Etat parmi d’autres) pour le tout (un continent) n’est pas davantage opérant. Car si l’on devait parler d’« Etats-Uniens » afin d’éviter de confondre les habitants de cet Etat et ceux du continent tout entier, devrions-nous désormais parler, au sujet des congolais de la RDC (ex-Zaïre), des « RDciens », afin de ne pas les confondre avec leurs voisins du Congo-Brazzaville ? Et comment devrions-nous alors appeler les Sud-Africains, ressortissants d’un pays qui a la monstrueuse « arrogance » de se dénommer lui-même « Afrique du Sud » alors qu’il est loin d’occuper toute la partie méridionale du continent africain ?


En réalité, à moins d’admettre que cette manœuvre sémantique repose sur des a priori idéologiques finalement aisément identifiables, on voit mal l’urgence qu’il y aurait à nous faire adopter ce barbarisme d’« états-unien ».


Rudy Reichstadt
Rédigé par Rudy Reichstadt le Jeudi 27 Novembre 2008 à 11:19