Blog à part...

Par Rudy Reichstadt

Recherche



Les derniers articles parus sur Conspiracy Watch
le 23/02/2017

Quand le comédien Olivier Sauton arrange sa biographie pour dissimuler ses liens avec Dieudonné

Sur fond d'affaire Mehdi Meklat, l'association Memorial 98 contre le racisme et l'antisémitisme a...

le 22/02/2017

Les gens qui se sentent exclus ont plus tendance à adhérer aux théories du complot

Par Claire Levenson LU SUR LE WEB : Les croyances complotistes donnent du sens à la vie de...

le 22/02/2017

Raphaël Enthoven : « La platitude de la terre est la quintessence du fait alternatif »

« Ils nous mentent » a récemment déclaré le basketteur américain Kylie Irving, apparemment...

le 17/02/2017

6 arguments clés pour riposter face à votre ami complotiste

Par Science Pop LU SUR LE WEB : L'argumentaire derrière les théories du complot est très fragile....

le 17/02/2017

Affaire Michael Flynn : de Breitbart à Fox, la riposte des "médias amis" s’organise

Par Sébastian Seibt LU SUR LE WEB : Alors que des contacts entre l'équipe de campagne du président...

le 16/02/2017

Comment Donald Trump alimente un complotisme de gauche

Par Grégor Brandy LU SUR LE WEB : Des analyses en apparence très approfondies estiment que son...

le 14/02/2017

"Le vrai visage des médias qui mentent et cachent la vérité" (top 5)

Par Ça parle politique Découvrez les cinq plus gros diffuseurs de hoax et de théories du complot !...

le 13/02/2017

Raphaël Enthoven : « Il est aussi difficile d'endiguer une rumeur que de blesser un banc de poissons »

« La rumeur est une nasse qui se nourrit du déni comme des coups qu'on lui porte, explique Raphaël...

le 07/02/2017

Une conseillère de Trump évoque un massacre... qui n'a jamais eu lieu

Par Le Figaro.fr avec AFP Kellyanne Conway, proche conseillère de Donald Trump, s'est référée à un...

le 06/02/2017

Deuxième tireur à Québec : un complot des médias ?

Par Radio-Canada À la suite de l'attentat meurtrier dans une mosquée de Québec, qui a coûté la vie...

le 04/02/2017

Vaccins : l'eurodéputée Michèle Rivasi "alimente les rumeurs complotistes" selon l'Afis

L'eurodéputée Europe-Ecologie-Les Verts Michèle Rivasi organise, le 9 février prochain à Bruxelles,...

le 03/02/2017

#PenelopeGate : la réplique cinglante du "Canard Enchaîné" aux théories complotistes

Par Emeline Le Naour (RTL) LU SUR LE WEB | Christophe Nobili, l’un des journalistes à l’origine des...

le 02/02/2017

Pourquoi l’éducation est-elle associée à une plus faible adhésion aux théories du complot ?

Par Sebastian Dieguez Il semble plausible que l’éducation conduise à l’esprit critique, qui conduit...

le 01/02/2017

L'affaire Kennedy, une vérité inaudible

Par Vincent Quivy LU SUR LE WEB | À l'occasion de la diffusion par Canal+ de la série «22.11.63»,...

le 26/01/2017

L'énigme Céline

Par Michel Winock Annick Duraffour & Pierre-André Taguieff, Céline. La race, le Juif (Fayard,...

Sémantique

L'empire et ses barbarismes

Jeudi 27 Novembre 2008
L'empire et ses barbarismes

Depuis un certain nombre d’années, le terme « états-unien  » (ou « étatsunien ») tend à se substituer, dans la presse et sur internet, à celui d’« américain ». Ce remplacement subreptice d’un mot par un autre prend la forme d’un véritable coup d’Etat sémantique. Que cache-t-il ?


Il convient d’abord de souligner que l’on trouve cette expression dans deux types d’écrits :

- des textes engagés, politisés, militants, généralement marqués au coin d’une hostilité non dissimulée à l’encontre des Etats-Unis.
- des écrits à prétention savante, qui sont le plus souvent le fait d’universitaires, où l’emploi du terme « états-unien » est neutre, dénué de toute connotation anti-américaine.


Consciemment ou pas, les auteurs de ce second type d’écrits – chez qui l’utilisation du terme « états-unien » doit être interprétée comme une banale volonté de s’arroger un répertoire lexical délibérément « jargonnant » – prêtent main forte aux premiers.


Cela est d’autant plus préoccupant que ce terme d’« états-unien » n’est pas seulement une affaire d’adjectif. Le nom propre « Américain », qui a toujours été utilisé pour désigner les ressortissants des Etats-Unis d’Amérique, tend en effet à s’effacer au profit du barbarisme à majuscule « Etatsunien ». Or, les citoyens des Etats-Unis d’Amériques se désignent et se sont toujours désigner eux-mêmes comme des « Américains ». Pourquoi devrait-on leur dénier le droit d’utiliser ce terme ? Comment les promoteurs de cette innovation sémantique justifient-ils leur recours à ce barbarisme ?


Premier argument : l’adjectif « états-unien » serait plus satisfaisant qu’« américain » dans le sens où il serait plus précis et éviterait qu’on ne confonde les habitants des Etats-Unis avec ceux du continent américain.


L’argument est peu convaincant dès lors que l’utilisation, depuis plus de deux siècles, de l’épithète « américain » pour désigner ce qui se rapporte aux Etats-Unis d’Amériques n’a jamais posé le moindre problème. De Tocqueville (De la Démocratie en Amérique) à Joe Dassin (« L’Amérique ! - l’Amérique ! - Je veux l’avoir et je l’aurai… »), l’« Amérique » a toujours désigné, dans la langue française, les Etats-Unis. Lorsqu’on parle, par exemple, du rêve « américain », aucun doute n’est permis : les images qui nous viennent alors spontanément à l’esprit sont celles de la bannière étoilée, de la statue de la Liberté, de Martin Luther King (« I have a dream… »), ou encore (c’est mon propre imaginaire qui s’exprime ici !) de Silvester Stalone dans le film Rocky. C’est bien des Etats-Unis qu’on parle. Où donc est le risque de confusion ?


Deuxième argument : l’emploi du terme « américain » pour désigner les seuls Etats-Unis d’Amérique serait une énième manifestation de l’insupportable arrogance des Etats-Unis – et de leurs habitants – qui utilisent un terme désignant un continent pour se désigner eux-mêmes. En d’autres termes, utiliser le mot « américain » pour parler des Etats-Unis reviendrait à prêter allégeance à l’impérialisme du même nom.


Or, en se désignant comme « Américains », les ressortissants des Etats-Unis ne sont en rien des usurpateurs. D’abord parce qu’ils ont été les premiers à proclamer leur indépendance et à fonder un Etat outre-atlantique (1776). Ensuite parce que, de toutes façons, aucun autre Etat d’Amérique du Nord ou du d’Amérique du Sud ne contient le terme « américain » dans sa dénomination officielle. Dans ces conditions, en quoi les Etats-Unis devraient-ils se voir refuser le droit de se désigner eux-mêmes comme « américains » ?


L’argument selon lequel il ne faudrait pas prendre la partie (un Etat parmi d’autres) pour le tout (un continent) n’est pas davantage opérant. Car si l’on devait parler d’« Etats-Uniens » afin d’éviter de confondre les habitants de cet Etat et ceux du continent tout entier, devrions-nous désormais parler, au sujet des congolais de la RDC (ex-Zaïre), des « RDciens », afin de ne pas les confondre avec leurs voisins du Congo-Brazzaville ? Et comment devrions-nous alors appeler les Sud-Africains, ressortissants d’un pays qui a la monstrueuse « arrogance » de se dénommer lui-même « Afrique du Sud » alors qu’il est loin d’occuper toute la partie méridionale du continent africain ?


En réalité, à moins d’admettre que cette manœuvre sémantique repose sur des a priori idéologiques finalement aisément identifiables, on voit mal l’urgence qu’il y aurait à nous faire adopter ce barbarisme d’« états-unien ».


Rudy Reichstadt
Rédigé par Rudy Reichstadt le Jeudi 27 Novembre 2008 à 11:19